JAMEL DEBBOUZE

Jamel Debbouze né le 18 juin 1975 à Paris, est un humoriste, acteur, et producteur français.

Jamel Debbouze naît dans le 10e arrondissement de Paris le 18 juin 1975. Ses parents, originaires de Casablanca et Oujda, se réinstallent au Maroc en 1976, puis reviennent en France en 1979. Ils habitent Trappes dans les Yvelines à partir de 1983, où Jamel, l'aîné de la fratrie, Mohamed, Hayat, Karim, Rachid et Nawel Debbouze passeront leur enfance.

Le 17 janvier 1990, à la gare de Trappes, il est happé par le train Paris-Nantes lancé à 150 km/h. Il perd l'usage de son bras droit à la suite de cet accident[2], au cours duquel un autre jeune homme, Jean-Paul Admette, trouve la mort. Jamel Debbouze a été poursuivi pour homicide involontaire suite à la mort du jeune homme et a obtenu un non-lieu par manque de preuves[3].

Remarqué par Alain Degois (dit "Papy"), directeur de la compagnie théâtrale d'improvisation Déclic Théâtre, Jamel Debbouze fait ses débuts au théâtre et va en finale du championnat de France junior de la Ligue d'improvisation française.

En 1995, il est repéré par les patrons de Radio Nova, Jacques Massadian et Jean-François Bizot, qui vont le rendre célèbre (Jacques Massadian deviendra d'ailleurs son agent). Il débute alors sur Radio Nova, avec sa chronique Le Cinéma de Jamel qui débute juste avant l'émission hip-hop le cut-killer show, puis il fait ses débuts télévisuels vers 1996-1997 sur Paris Première, chaîne du câble assez confidentielle à l'époque dans une émission coproduite par Radio Nova et la chaîne. Il lance la version télévisée du Cinéma de Jamel sur Canal+ en 1998 à la télévision. Sur cette même chaîne, il participe peu après à la série à succès, H, aux côtés, entre autres, des comiques Éric et Ramzy.

Il joue dans des films comme Zonzon (1998), Le fabuleux destin d'Amélie Poulain (2001) et Astérix & Obélix : Mission Cléopâtre (2002) qui ont beaucoup de succès en France.

Il fait une apparition dans le clip Les sales gosses de Dadoo, ainsi que dans celui de Tomber la chemise (Zebda).

En 2005, sort le film Angel-A, réalisé par Luc Besson.

En 2006, il tourne dans le film historique Indigènes (qu'il coproduit), rendant hommage aux soldats nord-africains ayant combattu pour la France pendant la Seconde Guerre mondiale. Pour ce film, il reçoit avec Samy Naceri, Roschdy Zem, Sami Bouajila et Bernard Blancan le prix d'interprétation masculine de la 59e édition du Festival de Cannes.

Toujours en juillet 2006, il présente le Jamel Comedy Club sur Canal+ et sort aussi un DVD.

Proche du roi du Maroc Mohammed VI[2], et soutenu par Luc Besson et Gérard Depardieu, en 2002, Jamel Debbouze ambitionne de créer un « Hollywood du désert », un ensemble de studios de tournage qui assurerait du travail à de nombreux Marocains[4]. Prévu pour 2004, ce projet n'a pas encore vu le jour et suscite des interrogations dans la presse marocaine[5].

En avril 2008, Jamel Debbouze inaugure son théâtre à Paris, le Comedy Club[6], dont l'objectif est de permettre à de jeunes talents de la scène comique d’éclore[7].

En 2009, il collabore avec le groupe de rap 113 et Awa Imani pour le projet Maghreb United de Rim'K. Il est présent sur la chanson Célébration[8].Il monte un orchestre qui est aujourd'hui place de la bastille.

jamel debbouze.jpg

Ce que l'on sait moins de lui, c'est qu'il est généreux et a contribué pour beaucoup, en finançant la crèhe des enfants abandonnés de l'hôpital Sidi Hssain. Je tenais particulièrement a le souligner et le remercier chaleureusement, en espérant que ce message lui parviendra et qu'il puisse constater le résultat de son action, Merci Jamel.

signé: Gilbert (fondateur, administrateur du site)

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site